Géotechnique : Italie : un viaduc autoroutier s'effondre à Gênes

Un viaduc autoroutier s’effondre à Gênes en Italie

Les premières images du pont autoroutier (le pont Morandi), sur lequel passe l’autoroute A10, qui s’est effondré vers 12H00 ce mardi 14 Août 2018  à Gênes en Italie.

Le ministre italien des Transports, Danilo Toninelli, a évoqué sur Twitter  «ce qui semble être une immense tragédie», sans toutefois avancé de bilan.

L’une des trois piles et le tablier se sont écroulés sur plus d’une centaine de mètres de long. Selon les premières informations recueillies par la presse italienne, un affaissement structurel, peut-être causé par la foudre, serait à l’origine de la catastrophe.

Inauguré en 1967, le viaduc (1 182 mètres de long et 90 mètres de haut ) a été construit en béton armé précontraint et en béton armé ordinaire. Mais comme l’avait expliqué, à plusieurs reprises depuis deux ans, Antonio Brencich, professeur de structures à la faculté d’ingénierie de Gênes, ce pont a présenté d’importantes défaillances de conception. Il avait fait remarquer que la corrosion de l’ouvrage était beaucoup plus rapide que prévu.

En 2016, le sénateur de la région de Gênes Maurizio Rossi avait lui aussi alerté sur les problèmes rencontrés sur le pont. Dans une lettre adressée au ministre des Infrastructures et des Transports de l’époque, Graziano Delrio, il faisait état d’une situation préoccupante concernant les joints du pont qui avait nécessité une « extraordinaire opération de maintenance, sans laquelle le risque d’une fermeture [du viaduc] était réelle ». Et d’insister sur l’importance de cet ouvrage et les conséquences désastreuses que pourraient avoir sa fermeture totale sur le trafic de cette artère stratégique pour la région.

D’importants travaux de restructuration étaient en cours

La société des autoroutes italiennes, Autostrade per l’Italia, assure que le pont Morandi faisait l’objet d’une « activité constante d’observation et de surveillance de la part de la Direction du tronçon de Gênes ». Elle venait d’entamer de lourds travaux de restructuration de l’ouvrage il y a trois mois à peine.

Pour un montant de plus de 20 millions d’euros, le pont devait s’offrir une nouvelle jeunesse, promettait le concessionnaire : travaux de consolidation de la structure à haubans et remplacement des barrières de sécurité étaient au programme. Le chantier devait durer un an. Autostrade per l’Italia mènera des analyses approfondies pour comprendre les raisons de la catastrophe dès que les lieux seront sécurisés.

 

 

News

Laisser un commentaire